Bibliothèques

A Silent Voice

Où votre renard préféré achète un manga un peu au hasard, et découvre l’un des ouvrages les plus intelligents et pertinents qu’il a lu depuis longtemps.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Le Labo des éditions Walrus

L’avis du renard Vous aimez lire des nouvelles décalées, étonnantes, inclassables mais toujours prenantes ? Vous ne savez pas où trouver des textes de ce style de qualité ? Les éditions Walrus (Goo goo g’ joob!) ont la solution pour vous via le Labo des éditions Walrus ! Parce que le classement de cet article peut prêter à confusion – mais je n’avais pas d’idée plus pertinente –, je ne vais pas vous parler ici d’un texte mais d’une multitude de texte : les nouvelles publiées dans le Labo susmentionné.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Silo

Je prends mes sources de lecture un peu partout, et ici c’est un collègue qui m’a chaudement recommandé ce livre, qu’il n’avait pas encore fini. Comme peu après je le trouve à un prix tout à fait raisonnable au format électronique et que la quatrième de couverture a piqué ma curiosité, je me lance.

Ce texte a une histoire intéressante : c’est à l’origine un feuilleton de cinq épisodes, autoédité et vendu uniquement sur Internet ; il a extrêmement bien fonctionné. Vinrent ensuite une intégrale, une version papier publiée par les circuits éditoriaux habituels, moult traductions et même une future adaptation en film. Si les détails vous intéressent, vous pouvez lire la présentation d’Actes Sud à ce sujet.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

À travers temps

J’avais lu et apprécié divers livres de Robert Charles Wilson, aussi n’ai-je pas hésité quand j’ai vu ce livre dans les promotions suggérées par ma liseuse – d’autant que la quatrième de couverture m’intriguait. Votre renard préféré qui succombe à une publicité ! Était-il malade ? Non, j’avais plutôt une bonne confiance en l’auteur (malgré son tome trois de la trilogie Spin) et aurait probablement acheté ce tome un jour ou l’autre.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

La saga Vorkosigan

Et si les meilleurs auteurs de science-fiction américains modernes étaient des autrices ? C’est en tout cas la question que je me pose après avoir lu la prose de Connie Willis et de Lois McMaster Bujold. Je te parlerai de la première un autre jour, cher lecteur, chaque chose en son temps.

« La saga Vorkosigan », c’est donc le nom presque officiel (et utilisé par l’autrice elle-même) pour désigner les vingt-et-un romans et nouvelles longues de space opera qui se déroulent dans le même univers et qui, pour la plupart d’entre eux, tournent autour de la famille Vorkosigan. Là, c’est le moment où tu me remercies d’avoir réfréné mon envie de te pondre vingt-et-un articles sur le sujet, ce qui n’aurait eu aucun intérêt.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

La Planète des singes

Avez-vous lu « La Planète des singes » ? Je dis bien lu et non vu, parce que je ne parle pas de l’un des neuf films (1968, 1970, 1971, 1972, 1973, 2001, 2011, 2014 et 2017), ni des deux séries télévisées et encore moins des bandes dessinées, mais de l’ouvrage à l’origine de tout ça. Parce que oui, avant d’être un inépuisable filon cinématographique décliné en roman, « La Planète des singes » est d’abord et avant tout un excellent livre de science-fiction français, publié en mille-neuf-cent-soixante-trois et écrit par Pierre Boulle – à qui l’on doit aussi « Le Pont de la rivière Kwai ».

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Bonne nuit Punpun

Peut-être bien le manga le plus beau, le plus marquant et le plus étrange qu’il m’ait été donné de lire – jusqu’aux jaquette des différents tomes. Une lecture qui ne laissera personne indifférent.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

La fille-flûte

Paolo Bacigalupi n’a pas la réputation d’être un auteur drôle et optimiste ; mais plutôt d’explorer ce que l’humanité peut – ou pourrait – produire de pire. La fille-flûte est un recueil de dix nouvelles indépendantes, qui peuvent être pour la plupart être vues comme des essais d’univers, comme ça ou comme préparation de ses romans. Certaines d’entre ces nouvelles se déroulent d’ailleurs dans le monde de La fille automate. On obtient donc un recueil-choc, puissant, qui parfois (souvent ?) nous pousse, à travers des textes de pure fiction, à réfléchir sur ce que nous voulons et prévoyons comme futur pour l’humanité.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Black Cat

La semaine dernière, j’ai relu les Black Cat. Ce manga est parmi les tout premiers que j’ai jamais lus ; et je ne crois pas les avoir relus depuis que j’ai acheté le dernier de la série, ce qui remonte à… j’ai la flemme de chercher, mais en tous cas beaucoup trop loin. Depuis, j’ai lu beaucoup d’autres séries, y compris dans le genre shônen (alors que globalement, les shônens m’ennuient).

Conséquence : j’ai pu confronter mes souvenirs et ma vision de mon moi d’il y a environ dix ans, qui découvrait ceslectures, avec ma vision actuelle. Le résultat a été… instructif ?

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Le chemin des dieux

Je l’avoue : j’ai complètement acheté ce livre sur sa quatrième de couverture et sa première page. Que tous ceux et celles qui suent sur cette fichue 4ème de couverture et cet incipit voient leur travail récompensé au moins une fois !

C’est surtout le dépaysement qui m’a intrigué : l’immense majorité des livres de SFF que j’ai lu se passent dans un univers occidental, et quand on tombe sur le Japon c’est en général un monde ultra-technologique à la Neuromancien… qu’allais-je trouver ici ? Visiblement autre chose, et je n’ai pas été déçu.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Khanaor

C’est le premier livre de Francis Berthelot que j’ai jamais lu. Je suis tombé dessus complètement par hasard ; le nom me disait quelque chose et la 4ème de couverture m’intriguait. Du coup, je l’ai acheté et je l’ai lu.

Lire

Dans « Bibliothèque »,

Ce qui mordait le ciel…

Un Brussolo classique des belles années. Pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur, Serge Brussolo a écrit beaucoup de romans qui suivent la structure suivante :

Lire

Dans « Bibliothèque »,