30 – Le clown le plus isolé au monde

Jean-Philippe consulta l’afficheur de son récepteur GPS, qui indiquait les 48° 52′ S, 123° 23′ O prévus, et mit son navire en panne. Il était au « point Nemo », pôle d’inaccessibilité maritime, ce qui faisait de lui et de l’équipage du petit navire les êtres humains les plus isolés de la planète. Enfin ! Après des semaines de navigation dans une mer démontée (qui passait pourtant pour calme dans ces quarantièmes rugissants), il allait pouvoir réaliser son rêve.

D’abord, en compagnie de l’huissier qui l’accompagnait dans ce périple, il vérifira sur les radars et cartes marines qu’aucun improbable navire ne s’était égaré dans cette zone perdue du Pacifique sud. Il consulta aussi les passages de la Station Spatiale Internationale, mais fort heureusement elle n’était pas attendue à proximité de la zone avant plusieurs heures.

— C’est à vous, maitre, dit Jean-Philippe.

— Merci. Je constate donc officiellement que toutes les conditions sont remplies pour que vous puissiez légalement devenir le clown le plus isolé du monde. Veuillez procéder, je vous prie.

Ému presque aux larmes, l’homme héla sa femme et son fils pour qu’ils puissent assister à l’accomplissement de son rêve.

Puis il s’habilla, se saisit de sa trousse de maquillage et d’un miroir et se peint la face.

— Au fait, où est Henri ? demanda-t-il, son nez rouge encore dans sa main.

— Il doit sans doute jouer dans sa cabine, répondit sa moitié. Je crains que ce record ne le passionne pas.

— Tant pis pour lui.

— Papa ! Regarde !

Le gamin déboula dans le carré, du maquillage plein le visage.

— Moi aussi je suis un clown !

Jean-Philippe, son nez rouge à la main, observa son fils, puis l’huissier, et de nouveau Henri et enfin l’homme de loi. Ce dernier afficha une mine contrite, mais ferme lorsqu’il annonça :

— Désolé, mais les règles sont formelles. Avec votre garçon, vous êtes deux. Vous n’êtes donc pas le clown le plus isolé du monde.

comments powered by Disqus