Suite, épisode 1

Interloquée, Lina regarda tour à tour Nicolas et Rouge.

— À ce point ?, demanda-t-elle.

— Oui.

Comme elle arrivait en bas des escaliers, seule avec un luxe de précautions, elle passait devant les explorateurs.

— J’espère qu’elle se doute qu’un piège l’attend dans la forêt, dit Barnabé.

Cette remarque aurait dû rester une parole en l’air, puisque le Quartier Général avait affirmé que pour cette mission les interactions étaient impossibles. Mais Rouge s’était retournée vers le jeune homme et lui avait adressé un sourire, qui exprimait très clairement : « Je suis au courant, merci quand même ». Son changement d’attitude n’avait pas échappé au magicien, qui l’interpella.

— Que se passe-t-il, Madame ? Un problème ?

Elle se retourna vers lui.

— Rien. J’ai… cru apercevoir quelque chose. Allons-y.

Ils s’installèrent dans le palanquin ; la renarde déclara que les vingt-quatre heures promises commençaient à l’instant, ce que le magicien confirma. Ils partirent en direction de la ville, suivis par les explorateurs.

 

Ils n’avaient pas fait dix mètres quand Évangelina demanda :

— Nab, j’ai rêvé ou Rouge a réagi à ta remarque ?

— Je… j’ose espérer que c’est une coïncidence. Mais au fond de moi, je n’y crois pas un instant.

— Elle est physiquement diminuée, intervint Nicolas qui avançait avec prudence, quelques pas en arrière. Mais elle a récupéré toute sa puissance. Je ne pense pas que tu lui ait confirmé le piège par hasard.

— À mon avis, tu vas trop loin, dit Lina. Son comportement a été vraiment bizarre, mais la Compagnie nous a garanti que c’était une mission sans interactions.

— Eh bien peut-être qu’ils se sont trompés, grogna le renard. Si c’est le seul contact qu’on a avec les locaux, ça a pu passer sous leurs radars.

— Pourtant la Compagnie…

— Elle s’est déjà trompée, Nab. Quelqu’un a pensé a vérifier ce paramètre depuis le premier jour ? Non. Moi non plus.

Barnabé fouilla les menus du féérimètre, mais cette donnée n’y figurait pas. Ils continuèrent en silence, chacun perdu dans ses pensées et théories.

 

Comme ils l’avaient supposé, le palanquin quitta la route pour les amener dans la clairière récemment aménagée. Rien n’avait changé dans l’organisation des outils mystérieux, seuls les sbires de Troisième-Fils Petite-péninsule-de-palais avaient disparus.

comments powered by Disqus